Bruxelles :
125, Boulevard Anspach
1000 Bruxelles
Ixelles :
250, avenue Louise
1050 Ixelles
Liège :
55, Rue d’Amercoeur
4020 Liege
Charleroi :
4ème étage, 19/21, Avenue de Waterloo 6000 Charleroi
Menu

Opposition à la décoloration de l’implantation cochléaire pédiatrique

Partagez l'Article
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Opposition à la décoloration de l'implantation cochléaire pédiatrique

CHICAGO – L'opposition à l'implantation cochléaire chez les enfants au sein de la communauté sourde semble diminuer, selon un article paru dans le numéro de mai de The Archives of Otolaryngology – Head & Neck Surgery, un numéro thématique sur les implants cochléaires pédiatriques et l'un des JAMA/Archives revues.

Les implants cochléaires sont de petits appareils électroniques implantés chirurgicalement dans l'oreille qui permettent aux personnes sourdes profondes non aidées par les aides auditives traditionnelles de mieux entendre. Selon les informations contenues dans l'article, le sujet des implants cochléaires pour enfants a été débattu parmi les personnes sourdes et malentendantes, les éducateurs et les parents d'enfants sourds et autres. Il y a eu un désaccord sur la pertinence des implants cochléaires pour les enfants, surtout s'ils sont trop jeunes pour décider s'ils veulent la procédure pour eux-mêmes. De plus, environ 90 pour cent des parents qui ont des enfants sourds ne sont pas sourds et ont généralement peu ou pas d'expérience avec des personnes sourdes ou une compréhension de la surdité. Cependant, les perceptions peuvent changer, en partie en raison de nouvelles recherches sur les implants, indique l'article. John B. Christiansen, Ph.D., et Irene W. Leigh, Ph.D., de l'Université Gallaudet, Washington, DC, ont étudié l'évolution des attitudes des parents de la communauté sourde et des parents d'enfants sourds concernant l'implantation cochléaire pédiatrique.

Les chercheurs ont combiné les données de deux études : la première étude (du Gallaudet University Research Institute – l'enquête GRI) a été menée au printemps 1999 et comprenait les résultats de 439 questionnaires remplis par des parents d'enfants porteurs d'implants cochléaires. La deuxième étude consistait en 56 entretiens avec les parents de 62 enfants avec implants (et un sans). Les enfants représentés par les études étaient âgés de deux à 20 ans et avaient entre 15 mois et 17 ans au moment de l'implantation.

Dans l'ensemble, les chercheurs ont découvert que « bien que les parents reçoivent fréquemment des informations contradictoires sur les options d'éducation et de communication pour leur enfant, ils soutiennent généralement les signes [langue des signes] avant et après l'implantation ». Environ 50 pour cent des enfants ont signé après avoir reçu leur implant, à la maison et à l'école.

Selon l'enquête GRI, 62 pour cent des parents ont déclaré qu'ils auraient aimé que leur enfant reçoive un implant plus tôt parce qu'ils pensaient que cela aurait mieux facilité le développement du langage parlé. Un an après l'implantation, 54 % de ces parents étaient très satisfaits des progrès de leur enfant.

Les enfants porteurs d'implants cochléaires ont été scolarisés dans divers contextes éducatifs, avec 34 pour cent des enfants représentés dans l'enquête par questionnaire dans les classes ordinaires pour toutes les activités avec des enfants entendants. Vingt-quatre pour cent étaient partiellement intégrés et 13 pour cent étaient dans des classes pour enfants sourds ou malentendants. « Les enfants avec des implants intégrés continuent souvent d'avoir besoin de services de soutien en classe, et les enfants avec des implants ne sont souvent pas isolés des pairs sourds et entendants », écrivent les auteurs.

"L'opposition à l'implantation cochléaire pédiatrique au sein de la communauté sourde cède la place à la perception qu'elle fait partie d'un continuum de possibilités que les parents peuvent envisager", écrivent les auteurs. "Pour assurer une utilisation optimale de l'implant cochléaire, les parents doivent rester impliqués dans le développement social et éducatif de leur enfant."

(Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 2004;130:673-677. Disponible après embargo sur archoto.com) Note de l'éditeur : Cette étude a été soutenue par l'Université Gallaudet, Washington, DC

Besoin d'un conseil ?

Nos audioprothésistes sont là pour vous aider. Laissez votre numéro et nous vous rappelons gratuitement.

Testez un appareil auditif gratuitement
Les dernières actualités
Bruxelles :
125, Boulevard Anspach 1000 Bruxelles
Ixelles :
250, avenue Louise 1050 Ixelles
Liège :
55, Rue d’Amercoeur 4020 Liege
Charleroi :
4ème étage, 19/21, Avenue de Waterloo 6000 Charleroi
Obtenez notre meilleur tarif pour vos appareils auditifs
Les prix les plus bas de Belgique garantie