Bruxelles :
125, Boulevard Anspach
1000 Bruxelles
Ixelles :
250, avenue Louise
1050 Ixelles
Liège :
55, Rue d’Amercoeur
4020 Liege
Charleroi :
4ème étage, 19/21, Avenue de Waterloo 6000 Charleroi
Menu

Les adultes qui ont été plus exposés à des frères et sœurs infantiles ont un risque réduit de SEP

Partagez l'Article
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Les adultes qui ont été plus exposés à des frères et sœurs infantiles ont un risque réduit de SEP

Chicago – Selon une étude publiée dans le numéro du 26 janvier de JAMA, les adultes qui déclarent avoir été plus exposés aux enfants de la fratrie au cours de leurs 6 premières années de vie ont un risque réduit de sclérose en plaques (SEP).

L'"hypothèse de l'hygiène" propose que les infections précoces puissent réduire le risque de troubles allergiques et auto-immuns, et peuvent influencer le développement du système immunitaire, selon des informations de base dans l'article. Le fait d'avoir des frères et sœurs peut augmenter le nombre d'infections au début de la vie, et le manque de contact avec les frères et sœurs a été associé à plusieurs troubles immunitaires. Les frères et sœurs plus jeunes peuvent être importants parce que les nourrissons sont une source d'infections virales courantes. La réexposition à une infection virale active est connue pour stimuler le système immunitaire. Le rôle protecteur de l'infection au début de la vie dans le développement de la SEP est cohérent avec plusieurs caractéristiques de la SEP, y compris l'augmentation récente apparente de l'incidence qui a accompagné une baisse des taux d'infection chez les enfants au fil du temps.

Anne-Louise Ponsonby, Ph.D., du Menzies Research Institute, Hobart, Australie, et ses collègues ont mené une étude pour déterminer si l'exposition aux frères et sœurs nourrissons au début de la vie est associée au risque de SEP, et pour explorer le mécanisme possible de tout effet protecteur, tel que des anticorps élevés contre le virus d'Epstein-Barr (EBV). L'étude, menée en Tasmanie, en Australie, de 1999 à 2001, a inclus 136 cas (âge moyen, 43,5 ans) de SEP confirmée par imagerie par résonance magnétique et 272 témoins communautaires (âge moyen, 43,6 ans), appariés selon le sexe et l'année de naissance. .

Les chercheurs ont découvert que l'augmentation de la durée de contact avec un frère ou une sœur plus jeune âgé de moins de 2 ans au cours des 6 premières années de la vie était associée à une réduction du risque de SEP : 1 à 3 ans de contact avec le nourrisson, un risque réduit de 43 % ; 3 à 5 ans de contact avec le nourrisson, un risque réduit de 60 % ; plus de 5 ans de contact avec le nourrisson, un risque réduit de 88 %.

Les chercheurs ont également découvert qu'une histoire d'exposition à des frères et sœurs infantiles était associée à une réponse IgG réduite (l'une des principales classes d'immunoglobulines ; le principal anticorps de défense contre l'infection) à l'EBV chez les témoins. Les témoins avec au moins 1 contact nourrisson-année avaient un risque réduit de mononucléose infectieuse et un risque réduit de titres composites d'IgG EBV très élevés par rapport aux autres témoins. Il a déjà été démontré que la mononucléose infectieuse et les titres élevés d'IgG d'EBV augmentent le risque de SEP ultérieure. L'association inverse entre un contact plus élevé avec le nourrisson et la SEP était indépendante du titre d'IgG EBV.

« Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour confirmer [ces résultats] et élucider les mécanismes sous-jacents. La découverte selon laquelle un contact plus élevé des nourrissons au début de la vie était associé à des titres d'anticorps anti-EBV réduits et à une probabilité réduite de mononucléose infectieuse chez les témoins sains renforce l'inférence selon laquelle le contact des nourrissons au début la vie peut altérer les schémas d'infection infantile et les réponses immunitaires associées et réduire le risque de SEP », concluent les auteurs.

(JAMA. 2005;293:463-469. Disponible après embargo sur JAMA.com )

Besoin d'un conseil ?

Nos audioprothésistes sont là pour vous aider. Laissez votre numéro et nous vous rappelons gratuitement.

Testez un appareil auditif gratuitement
Les dernières actualités
Bruxelles :
125, Boulevard Anspach 1000 Bruxelles
Ixelles :
250, avenue Louise 1050 Ixelles
Liège :
55, Rue d’Amercoeur 4020 Liege
Charleroi :
4ème étage, 19/21, Avenue de Waterloo 6000 Charleroi
Obtenez notre meilleur tarif pour vos appareils auditifs
Les prix les plus bas de Belgique garantie